SADHAKA


 

Le mot sadhaka , en sanskrit, désigne celui qui suit une sadhana, une voie de développement intérieur; c'est un chercheur d'éveil, un chercheur de vérité , un chercheur de sens...

Que ce soit par le Coeur, la Connaissance ou l'Action, il cherche à comprendre (cum-prendere) son "secret" ...

A ce titre, bien que le mot soit hindou, il peut correspondre à tout homme ou femme dont la recherche est sincère, déterminée et saine, qu'elle soit psychologique ou spirituelle, indépendamment de ses racines culturelles.

 

Mais qu'en est-il de quelqu'un qui ne suit pas une voie déjà tracée (sadhana), qui cherche par lui-même sans aide didactique?

 

Peut-on dire que le Bouddha était un sadhaka, lui qui a rejeté tous les systèmes philosophiques qu'on lui avait enseignés pour trouver sa voie par lui-même?

Nisargadhata Maharaj a eu pour enseignement de son gourou : "Je Suis". C'était sa sadhana. Etait-il aussi un sadhaka?

 

LA DOUBLE CONSCIENCE

 


 

Je ne pense pas que la sadhana soit nécessairement une voie proposée par autrui, la quête personnelle est aussi une sadhana, car elle a cette énergie de la curiosité et de la soif d'être en conscience dans une lucidité présente.

 

Il y a beaucoup de mensonges tout autour de nous; notre environnement est construit sur le mensonge, non pas exclusivement de la faute de la société et de ses modes de reconnaissance, mais parce que il y a forcément un envers et un endroit, et que l'on est forcément du bon ou du mauvais côté.

En fait, le mensonge est le résultat d'une grossière erreur, d'une inadéquation, d'un quiproquo. Ce qui détermine le bon ou le mauvais, le vrai ou le faux, le joyeux ou le triste, le souffrant ou l'agréable, c'est l'accord ou le désaccord (au sens auditif) entre notre vibration intérieure et notre echo extérieur.

C'est à partit de ce constat que l'on doit envisager la notion d'une double conscience, aussi réelle d'une part que de l'autre : une endoconscience, celle du petit moi, du moi 1, moulinée par la pensée, et une exosconscience, celle du moi 2, qui est entièrement illustrée dans ce qui est à l'extérieur , ce qui est l'Autre. Cela ne signifie pas pour autant que l'Autre, le moi 2, soit la conscience d'éveil, mais il est connaturel et simultané au moi 1, et en prendre conscience est une première étape vers la néoconscience, la conscience qui intègre ces deux consciences, sans revendiquer ni l'une ni l'autre, mais dans un état d'intelligence , celle du trimarga : jnana, bhakti et karma.

 

La double conscience est une approche vers une reconstruction dynamique de la conscience holistique, non-verbale, qui est au-delà des tiraillements des préférences, et son but, c'est la neoconscience, la conscience d'éveil.

Même s'il n'y a pas de méthode au sens strict, il y a une évidence, c'est l'aspect principiellement binaire de l'univers.

Utiliser un mode de conscientisation basé sur la symétrie permet rapidement un recentrage de la conscience.

 

Pour en savoir plus sur la MEDITATION BINAIRE et la DOUBLE CONSCIENCE, voir le site  www.neoconscience.com )